Après un mois d’ouverture : La direction des Thermes dresse un 1er bilan

Après un mois d’ouverture : La direction des Thermes dresse un 1er bilan

Thermes de Royat

Après un mois d’ouverture : La direction des Thermes dresse un 1er bilan

 

Les thermes sont rouverts depuis 1 mois, comment se déroule la saison ?

Dominique Ferrandon : Nous avions soigneusement préparé cette réouverture. Nos équipes ont été formées à la gestion de la crise COVID et nous avons mis en place les protocoles établis en collaboration avec la Direction Générale de la Santé.

Depuis notre réouverture, nous avons reçu environ 400 curistes dans des conditions parfaites de sécurité sanitaire, d’ailleurs nos curistes le constatent et sont rassurés.

Nous avons mis beaucoup de moyen pour arriver à ce résultat : nos personnels consacrent du temps à la désinfection des zones de contact, nos zones de soins sont régulièrement traitées avec un virucide et le gel hydro alcoolique est devenu un réflexe pour tout le monde. Pour vous donner un ordre d’idée, nous avons 43 points de distribution de GHA et nous utilisons, chaque jour, plus de 200 litres de virucide !

Comment réagissent vos curistes ?

Dominique Ferrandon : Tout d’abord en nous faisant confiance. Plus de 3 400 curistes ont maintenu ou réservé leur cure chez nous. Et, pour ceux qui sont venus, ils nous confirment que c’était la bonne décision : ils étaient souvent inquiets sur les conséquences d’une interruption de cure pendant une année sur leur santé.

Nous avons eu également des curistes qui ont annulé leur cure entre le mois de mars et avril, dans la pleine période du confinement. Nous comprenons leur crainte et leur réaction qui n’était pas un manque de confiance dans notre capacité à les accueillir dans de bonnes conditions, mais simplement une crainte par rapport au contexte général. Nous revenons vers eux aujourd’hui pour leur donner la possibilité de maintenir ce traitement thermal en leur proposant de nouvelles dates de cure et des services facilitant l’organisation de leur séjour.

Nous avons aussi des curistes qui avaient effectué une cure l’an passé et qui, pour l’instant, attendent ou hésitent à revenir. Nous nous sommes organisés pour leur donner la possibilité de venir en prolongeant la saison jusqu’au 28/11 et en maintenant nos cures du soir avec une capacité adaptée.

Que diriez-vous pour les rassurer et les décider à venir en cure ?

Dominique Ferrandon : L’hygiène et la bactériologie sont des pratiques pour lesquelles nous sommes rodés ! Je rappelle que, depuis des années, les normes imposées aux établissements thermaux sont une «tolérance 0 ». Nous n’avons pas changé nos méthodes, mais les avons renforcées.

Le second point fort de notre métier est la surveillance médicale. Avant de débuter ses soins, un curiste aura eu deux examens médicaux : il peut vérifier auprès de son médecin traitant la non contre-indication à la cure et son médecin thermal sera vigilant à vérifier immédiatement avant de débuter ses soins, s’il présente des signes d’infection. C’est grâce à cette double vigilance médicale que nous limitons considérablement le risque.

On parle d’une remontée de l’épidémie, doit-on quand même envisager une cure ?

Dominique Ferrandon : Cette crise aura démontré que, même en n’étant ni médecin, ni scientifique, tout le monde a un avis et sait ce qui va se passer ! Certains pensent même que l’établissement sera fermé en septembre !

Nous avons, nous, imposé le port du masque dès la réouverture, alors qu’on le rend obligatoire seulement maintenant dans les commerces et les lieux publics. Depuis la réouverture des 110 établissements thermaux en France, aucun à ce jour n’a connu de soucis. Tout cela nous rend sereins jusqu’à la fin de la saison

 La station de Royat dans son ensemble s’est mobilisée, hébergeurs, médecins, commerçants, sous l’impulsion de l’Office de Tourisme dans une « charte sanitaire » ou chacun s’engage sur le respect des protocoles et des bonnes pratiques.

Enfin, nos curistes sont des personnes attentives à leur santé qui ne prendraient pas le risque de venir en cure s’il y avait une suspicion.  Ils savent également que l’on peut faire confiance aux équipes des thermes qui sont des personnels de santé professionnels et responsables pour leur cure cette saison.

Les Thermes vous informent